Le Blog
Zen and Wellness

Ce blog a vu le jour le 29/11/2014. Son objectif est d'améliorer votre quotidien avec des conseils, des idées simples à mettre en pratique immédiatement. Un article généraliste ayant trait au bien-être paraitra chaque fin de mois. Bonne lecture!

Le stress

Presque tout le monde connait le stress de nos jours. Ce dernier se cristallise le plus souvent sur la vie professionnelle. Il y a le contexte politique et économique, notre travail et la nécessité de le garder. Il faut être productif, polyvalent. Sur la route, le stress des autres conducteurs et usagers des transports en commun est contagieux. Arrivé à la maison ou à l’école des enfants après des embarras de circulation et retards divers, il faut faire les courses, les devoirs, à manger. Quand on arrive enfin à se reposer, devant la télévision, le programme n’est pas forcément optimiste (journal, séries, …) mais on ne le remarque même plus ! C’est exactement ça… Nous sommes habitués à toutes ces « agressions » et nous ne nous rendons même plus compte de leur impact sur notre vie et notre santé tant leurs symptômes passent inaperçus!

Le stress… quel beau sujet ! Les humains en souffrent mais les animaux aussi ! Ce n’est pas étonnant si de nombreuses expériences sur le stress ont été pratiquées sur des rats, des souris, … On peut être aussi évolué intellectuellement, aussi intelligent, compréhensif, patient qu’on veut, si le stress est difficile à combattre, c’est parce qu’une situation stressante fait immédiatement intervenir la partie la plus primitive et incontrôlée de notre cerveau : le cerveau reptilien. Il gère nos réactions instinctives de survie (réflexes). Vu l’importance de ce processus, il prend le pas sur la réflexion.

Qu’est-ce que le stress ? Notion d’homéostasie

(> sante.lefigaro.fr) L’homéostasie : « C’est un état d’équilibre et comme tout état d’équilibre, l’homéostasie est en perpétuel mouvement, sous l’effet de processus biologiques, enzymatiques, chimiques, thermiques et autres qui permettent de rester en l’état, c'est-à-dire de revenir à l’état initial malgré des sollicitations permanentes visant à évoluer vers un véritable déséquilibre. Pour faire simple, notre corps est toujours à la recherche du calme et de cet équilibre (l’homéostasie) pour se sentir bien. Les processus dont on parle ci-dessus entrainent les manifestations que nous connaissons en période de stress (problèmes gastriques, respiration accélérée, sueurs, …). Chaque fois que nous risquons de rompre l’équilibre ou de devoir nous adapter pour un retour à l’équilibre nous sommes dans le cadre du stress.. Le stress est le processus d’adaptation qui permet de fuir ou de faire face en fonction de la situation dans laquelle on se trouve. C’est cette adaptation qui nous protège et qui est une réaction naturelle de l’organisme dite réaction « physiologique ».

Quels sont les symptômes du stress ?

Avant toutes choses, il faut savoir que ces symptômes sont également des signaux d’alarme : Au niveau comportemental : - fumer (ou fumer plus) - boire (ou boire plus) - comportements compulsifs - besoin de s’évader du réel - actions moins performantes (qualité ou quantité) - être plus impulsif ou réactif - augmentation de la sensibilité, de l’agressivité (mauvaise humeur, râler, bouder) parfois pour des « riens » - rougir - être plus cynique, humour noir - …

Au niveau individuel : Les changements peuvent s’observer au niveau du corps ou du psychisme : Pour le corps, on observe fatigue, migraines, insomnies, maux de dos, de nuque, contractures, ulcères, spasmophilie, herpès, psoriasis, infarctus, diminution de la résistance immunitaire, … Les aspects psychologiques sont la perte de plaisir, le repli sur soi, le manque d’intérêt, le pessimisme, l’hostilité, la tristesse, l’apathie, l’agressivité, l’irritabilité, …

Les différents stades du stress (>stresshumain.ca/le-stress/quest-ce-que-le-stress/historique-du-stress/le-syndrome-general-dadaptation.html )

« 1/ L’alarme : C’est la réaction immédiate à un stress. Face à un stress, les humains se sauvent, subissent ou combattent. À ce stade, l’énergie est mobilisée aux dépens d’autres systèmes, comme le système immunitaire, ce qui nous rend vulnérables aux maladies. 2/ La résistance : Si la réaction d’alarme persiste, le corps s’adapte (homéostasie). Mais ceci est mauvais pour notre santé puisque toute l’énergie est concentrée sur la réaction au stress. 3 / L’adaptation ou l’épuisement : Ce dernier stade survient après une exposition prolongée au stress. La résistance de notre corps face au stress diminue et finalement cède, car le système immunitaire devient déficient. Selon Hans Selye, les patients qui souffrent de stress depuis longtemps peuvent succomber à des crises cardiaques ou à de sévères infections en raison d’une plus grande vulnérabilité aux maladies. » La gravité des effets du stress se mesure en fonction de sa durée (combien de temps dure la situation, durée des difficultés ressenties), de sa fréquence (combien de fois ça s’est passé) et de son intensité (perception subjective) En général, on peut dire que des petits stress répétés sont plus nocifs qu’un plus gros stress unique. Le syndrome de la grenouille ébouillantée : Une grenouille se baigne dans un récipient d’eau fraîche. Si quelqu’un allume une petite flamme en dessous du récipient, l’eau commence à chauffer. La grenouille le remarque… sensation agréable… pas de problème. La température de l’eau continue à augmenter très doucement et lentement. La grenouille ressent un petit inconfort mais, par le phénomène d’homéostasie, elle supporte le fait de commencer à avoir fort chaud. La température monte encore, l’homéostasie lui permet de supporter encore jusqu’au moment où la chaleur devient insupportable mais la grenouille n’a plus les ressources physiques pour réagir et se laisse ébouillanter… Si vous aviez directement plongé la grenouille dans de l’eau bouillante, elle aurait réagi énergiquement pour s’échapper.

Le stress positif, ça existe ?

« Il faut une certaine tension dans la corde pour que la flèche atteigne son but » (T. Compernolle) On peut rester un peu perplexe au sujet de cette affirmation… Le stress nous boosterait. Nous vivons dans une société où il faut performer, être rapides, créatifs … Partant de cette idée, il semblerait naturel de valoriser une certaine dose de stress au quotidien. Sauf qu’en vertu du principe d’homéostasie, le corps s’adapte à cette variation physiologique engendrée par le stress et il faut bientôt augmenter ce niveau de stress ou le recréer autrement. Le corps, quand il n’y a pas de lâcher-prise, fonctionne comme un accumulateur jusqu’au niveau de rupture. Cela dit, l’excitation est positive lorsque nous sommes alertes, plus concentrés, plus rapides, plus courageux et nous avons une meilleure résistance musculaire. Nous pouvons également moins ressentir la douleur, la faim, la fatigue. Mais on parle plus d’excitation dans un sens positif, constructif que de stress négatif. Evidemment, le résultat au niveau dépense d'énergie est le même. Il faut voir si à long terme, vous arrivez à gérer les conséquences de votre excitation au niveau physiologique ou si vous n'êtes juste pas occupé à brûler vos réserves.

Les conséquences du stress

Le stress a des conséquences au niveau comportemental (irritabilité, dépression, …) et physiologique (fatigue, mauvaise immunité, maladies psychosomatiques, …) . Vous retrouverez ceci dans le paragraphe au sujet des symptômes du stress. Je me répète souvent dans cet article mais c’est pour être tout à fait clair… Nous vivons au quotidien avec une certaine dose de stress que nous considérons comme normal. Ce n'est pas un problème en soi, sauf que notre corps s'adapte à toute variation de notre environnement pour retrouver un équilibre. Cette adaptation (qu'on appelle le stress) est automatique et due à l'homéostasie. Le problème est donc que notre corps fonctionne comme un accumulateur et à chaque facteur stressant, on en remet une couche.

C'est pourquoi, je vous disais plus haut que des petits stress répétés sont plus nocifs qu'un plus gros stress ponctuel.

Par exemple : Il vous est certainement déjà arrivé de voir quelqu'un péter les plombs pour trois fois rien... Vous pouvez donc vous imaginer que ce « trois fois rien » aura été la goutte d'eau qui aura fait déborder le vase.

Quelles sont nos réponses en situation de stress ?

Il y a deux types de réponses à une situation environnementale visant à perturber notre homéostasie (équilibre): - Une première réponse générale, identique quel que soit le problème rencontré, physique, psychique, personnel ou structurel, événementiel ou permanent - une seconde, spécifique à l’agression, et aux besoins nécessaires pour y faire face. Cette réponse physiologique fera appel à des mécanismes neurologiques, endocriniens et psychologiques identiques. 3 comportements sont possibles face à une situation stressante : - La fuite / le retrait : cette solution est parfois difficile psychologiquement parce qu’elle porte atteinte à l’estime de soi ! - Le combat / l’agression : on essaie de ne pas subir passivement les choses, on réagit souvent avec force - Le stand-by / l’inhibition : on subit passivement. Pourtant, l’homme a aussi la possibilité de changer sa perception, de réorganiser sa pensée et de chercher d’autres issues… en d’autres termes, de ne pas subir les choses, de réagir calmement.

Les facteurs aggravants

Les deux premiers points sont des facteurs aggravants lorsqu’ils font défaut : L’intégration au milieu : être accepté, reconnu dans l'environnement social, de travail aide à faire face au stress. On peut y trouver un soutien, on peut parler. Le statut social : avoir un statut, une place dans la société est rassurant. On sait où on est et ce qu'on a à faire. Evidemment, si on occupe un niveau social plus « bas », on a peut-être moins d'argent et donc plus de préoccupations pécuniaires... Cela dit, je n'envierais pas toujours les personnes qui gagnent bien leur vie mais ont certainement les soucis qui vont avec.... mais ça, c'est un autre débat! La personne qui a sa place dans un réseau supporte mieux le stress. Le leader non agressif surtout est le plus à l'abri ... et quand je parle de leader, c'est plus au niveau du caractère que de la position sociale. Ca reflète une personnalité qui prend les choses en main et décide de ne pas subir les événements (cf le contraire ci-dessous). Le leader agressif, lui semble avoir le contrôle mais résistera moins à long terme.

L’influence de la mémoire , de l'expérience avec un éventuel sentiment passé d’échec ou d’impuissance : le stress ressenti devant une situation est d'autant plus important si on a déjà expérimenté un échec dans la même situation. Cet échec met à mal la place de la personne dans son milieu. Un sentiment d'impuissance est encore pire dans la mesure où n'a même rien tenté (opportunité ou courage) pour réagir face à la situation. L'expérience qu'on a déjà pu avoir face à une situation stressante est donc primordiale lorsque cela se représente... Il faut que la personne puisse avoir une perspective positive, un espoir de bien gérer le stress. Le burn out C’est un état d’épuisement général. Il est dû au stress lié à un manque ou à un excès de sollicitation, trop peu ou pas de compliment, un sentiment «d’être mal traité», une perte des contacts sociaux, un sentiment de perte de contrôle et un conflit de valeurs. Evidemment, il s’agit encore une fois de petits stress répétés qui vous minent petit à petit. On finit par somatiser (maux de tête, irritabilité, fièvres, …). Le corps n’est plus capable de récupérer, même en vacances. Comme on soigne plutôt les problèmes extériorisés de la somatisation, le problème de base se prolonge et risque d’aboutir à la dépression. On en parle en milieu professionnel vis à vis de personnes, souvent dotées d’une grande conscience professionnelle, qui ne vivent que pour leur travail et n’y trouvent finalement pas leur compte. Le burn out se répercute évidemment sur notre système immunitaire, sur le moral (mauvaise alimentation, consommation d’alcool), sur notre forme physique, sur le sommeil, … Il faut donc se reposer, soigner, rééquilibrer, repenser un tas de chose du quotidien. Un suivi médical, psychologique ou un coaching seront nécessaires.

Le stress coûte cher à la société

Il existe des études sur le coût du stress pour la société… C’est principalement le stress au travail qui est visé avec ses conséquences sur l’absentéisme en milieu professionnel et le coût pour la sécurité sociale. Ces chiffres viennent souvent du croisement de données de santé publique (coût d’une pathologie,…) ou de l’activité économique (coût de l’absentéisme, perte de productivité, turn over,…) et d’enquêtes statistiques (échantillon d’entreprise, études épidémiologiques) ou de statistiques nationales (Sécurité sociale). Parmi les pathologies liées au stress, sont souvent retenues les maladies cardiovasculaires (infarctus, maladies cérébro-vasculaires, hypertension…), la dépression et certains troubles musculosquelettiques (TMS). Les maladies immunitaires, allergiques ou encore les désordres hormonaux sont souvent exclus. Enfin, la dimension du coût pour l’individu, et en particulier la souffrance et la perte de bien-être que le stress occasionne, n’est pas prise en compte. Vous pouvez facilement imaginer que le stress risque de vous occasionner encore bien d’autres tracas. En tous cas, le pourcentage de problèmes de santé ayant au moins une de leurs origines dans le stress est énorme (diminution de l’immunité et fatigue psychologique et corporelle et toutes leurs conséquences)!

En conclusion, les chiffres de ces études peuvent donc encore être facilement majorés.

Quelques solutions

Voici une petite idée de ce qu’une personne au tempérament bien stressée peut vivre au quotidien: Il faut déjà savoir que pour une personne stressée, le temps est accéléré. Il faut se dépêcher, courir pour tout. Il essaiera de s'enlever un maximum ces préoccupations de temps en calculant à rebours toutes les choses qu'il a à faire (sans en oublier) en se ménageant des marges de sécurité. S’il arrive en retard, ce sera ressenti comme un manque de prévoyance qu'il ne se pardonnera pas. Le stressé a l'esprit encombré de pensées sur les futures actions à entreprendre. Sa vie n’est que calculs, cas de conscience qui ne sont pas toujours justifiés. En effet, il s'agite à l'avance et n'estime pas avoir la possibilité de faire tout ce qu'il devrait faire. D’ailleurs, il tente souvent d’en faire trop. Son esprit est torturé entre ce qu’il aimerait faire et ce qu’il doit faire ! Finalement toute la journée se déroule dans une certaine tension que le stressé se crée lui-même. Même lorsqu’il fait des choses agréables, qu’il prend du temps pour lui, il n’en profite pas et sera aussi fatigué psychologiquement que quelqu’un qui a travaillé toute la journée. C’est un cas un peu extrême... quoique ! Quel que soit le niveau de stress ou sa fréquence, les solutions existent et seront plutôt à trouver dans nos articles (parus ou à paraître) sur le sommeil, la méditation, la fatigue hivernale, le sport, les massages, comment bien débuter la journée, la respiration... - Calmer le mental et s'assurer d'être en bonne forme physique... - Le sport permet d’évacuer le stress. - La méditation entraîne le calme mental. - Toute source de calme, de lâcher-prise est la bienvenue (cf massages par exemple) - Une bonne respiration abaisse instantanément le niveau de stress. - Quand on a bien dormi, on se sent déjà mieux, moins grognon et plus patient. - Le stress en hiver est plus important puisqu’on se sent plus fatigué avec le manque de luminosité.

Conclusion

Il faut penser à ce qu’on fait et comment on le fait. Se remettre en question est souvent la clé. Il faut aussi pouvoir s’observer soi-même, se voir (ré)agir sur le moment. Quand le stress monte, essayez de le détecter vous-même et agissez en conséquence (je vous renvoie aux autres articles). Très souvent, il suffit juste d’aborder les choses différemment. Toute action à entreprendre contre le stress est bénéfique pour la santé ! Laurent


Featured Posts
Recent Posts
Archive
Search By Tags
Pas encore de mots-clés.
Follow Us
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square
  • LinkedIn.jpg

© 2013 by Laurent, pédicure médical, praticien en relaxothérapie®, masseur et coach en gestion du stress

  • Wix Twitter page
  • LinkedIn.jpg
  • Facebook Social Icon